Danielle Balage

 

LE PRINTEMPS DES MUSICIENS

1,95 m x 3,24 m 

Triptyque peint à l'huile sur toile de lin, avec enduit à l'eau.

Verni semi-brillant

 

 

J’ai eu la chance d’avoir en main, vers mes 30 ans, Le Traité de la Peinture, de Léonard de Vinci. N’ayant fait aucune école, c’est dans le livre de Léonard que j’ai tout appris, dessin, perspective, ombres et lumières, ainsi que tout ce qui se rapporte à la couleur. Peur on avoir meilleur professeur ? J’ai fait de mon mieux pour suivre ses conseils et ne pas trop m’écarter de son enseignement.

 

Je peins à l’huile, uniquement, aussi bien sur des fonds à l’huile que sur des fonds à l’eau. Ces derniers me paraissent préférables, ils demandent  plus de travail mais le rendu est plus subtil.

 

 Souhaitant que mes tableaux fassent avant tout plaisir à regarder je  me suis  interdit de peindre quoi que ce soit qui évoquerait, d’une façon ou d’une autre,  laideur, tristesse, ou mort. C’est d’ailleurs la règle  essentielle du Feng Shui.  S’ils apportent  quelques instants de bonheur ou de rêve, j’atteins mon but.